Fabriquer un livre : garantir la meilleure production mais encore ?

Un livre sur quatre aujourd’hui en France est vendu au format poche.
 

Savez-vous que ce développement n’aurait jamais été possible sans l’impression sur rotatives, réservées jusqu’aux années 50 à la presse quotidienne ?
 

Que les éditions Bouquins n’auraient jamais vu le jour en 2020 sans la longévité de la collection Bouquins, née en 1979, et la robustesse de son brochage innovant ?
 

Ou encore que les mooks America, La revue dessinée, 6 mois ou Usbek et Rica n’existeraient pas sans la collection mook née en 2008 chez Autrement et le lancement du mook XXI la même année ?
 

Un livre n’est pas qu’un contenu.
Son succès tient aussi à sa forme.
Une affaire à la fois technique et commerciale.

 

Il faut « penser un livre de manière concrète, donner forme à un objet littéraire ».
C’est le rôle du fabricant, une fonction essentielle pour donner vie au livre.

 

Pour évoquer ce métier, à la croisée des chemins de la création et de la production, Mathilde Decorbez prend la parole dans le dernier épisode de Dlivrable. Mathilde est fabricante depuis plus de 15 ans. Elle évoque aujourd’hui son rôle, selon les projets éditoriaux, la taille des structures. Elle revient aussi sur les questions soulevées par les modes de production actuels et les enjeux essentiels qui impactent son travail quotidien.
 

Belle écoute !